Au Danemark, l’université dit OUI aux réfugiés

campus de sciences sociales

Sur le campus de Copenhague, les initiatives pour aider les migrants se sont multipliées depuis la crise migratoire que connait l’Europe, et qui a commencé à affecter le Danemark à l’été 2015. Le système universitaire danois a lancé plusieurs initiatives pour faciliter l’intégration des réfugiés et demandeurs d’asile sur le territoire.

Aider les réfugiés à intégrer l’université.

Voici le but de The Social Sciences Across Borders (SSAB). Lancée en septembre 2015 par cinq étudiants de l’école de commerce de Copenhague (CBS) et de l’université de Roskilde, l’association d’étudiants et chercheurs comprend déjà plus de 70 membres. Interrogés par The University Post, les cinq étudiants témoignent de leur volonté d’inscrire ce projet dans la durée et ont de grandes ambitions. Ce projet solidaire est né de la volonté de mettre efforts et capacités en commun à des objectifs éducatifs.

Leur but ? Favoriser la coopération entre les natifs danois et les réfugiés, au sein de la communauté des sciences sociales. Un moyen donc d’assurer aux réfugiés et demandeurs d’asile un accès à l’éducation.

Une alternative au système éducatif danois

La société ainsi que le système danois sont réputés pour être difficiles d’accès. Une communauté protectrice à laquelle un non-danois peine à s’intégrer. Pour contredire cela, quelques dispositifs ont été mis en place depuis la vague migratoire qu’a connue le Danemark dans les années 90. Ainsi, trois ans de cours de langue danoise sont dispensés gratuitement pour les étrangers arrivant dans le pays. Néanmoins, SSAB veut aller au-delà.

SSAB a pour ambition de fournir une alternative éducative au système traditionnel institutionnel, dans le cas où les réfugiés ne pourraient y avoir accès. Des ressources en lignes et guide pour nouveaux arrivants sont mis à disposition. Ces dispositifs sont encouragés par le soutien financier de CBS.

Encouragements du recteur de l’université 

Le recteur de l’université de Copenhague, Ralf Hemmingsen, a encouragé tout dispositif d’intégration des réfugiés. Dans une lettre ouverte au ministre de l’Education, le recteur avait affirmé début 2016 : « Une partie des réfugiés arrivant dans notre pays sont très instruits et peuvent, grâce au droit à l’éducation, mieux s’intégrer et obtenir un accès plus rapide au marché du travail danois. » Le Conseil des étudiants avait alors approuvé et soutenu les dires de Ralf Hemmingsen.

Si les établissements éducatifs se sont largement exprimés en faveur des dispositifs d’intégration, le gouvernement semble plus réticent. En effet, les élections de juin 2015 ont vu s’imposer la droite conservatrice qui a considérablement durci les conditions d’accès au territoire danois.

Sarah Andersen, Copenhague

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *