Bari International Film Festival (BIFEST) : « un festival pour les jeunes » 1

DSC_2533

Du 2 au 9 avril 2016, le «  Bari international film festival » a accueilli 75 000 visiteurs italiens et européens, et de nombreux étudiants, qu’ils soient simples participants ou introduits dans l’organisation.

DSC_2561

Angela Bianca Saponari, responsable des activités qui se déroulent pendant l’évènement.

 

 

« Le BIFEST n’est pas  un festival « tapis rouge » ou destiné à l’élite culturelle,c’est un festival pour tous,pour les jeunes. »Angela Bianca Saponari,Coordinatrice générale, l’affirme.

 

DSC_2483

Vendredi soir,au Théâtre Petruzzelli, des étudiants reçevaient leur attestation de participation en tant que membre du jury.

 

Durant le festival, 900 étudiants ont décidé d’intégrer les différents services du festival (accueil, presse, organisation, sécurité).

 

 

Sevario Rana et Laura Marchetti,professeure à l'Université de Foggia,tous deux membres d'un jury.

Sevario Rana et Laura Marchetti,professeure à l’Université de Foggia,tous deux membres d’un jury.

 

20h30, vendredi soir, dernier visionnage pour les jurys. Saverio Rana a choisi cette année d’en faire partie. Pour cet étudiant en histoire de l’art,  le festival lui permet « de relier les études universitaires avec quelque chose qui est plus contemporain, comme le cinéma ». Ce passionné a passé au total trente heures à visionner, puis attribuer ses trois votes : meilleur film, meilleure performance, meilleur réalisateur. Devant le Théâtre Petruzzelli, Saverio avoue sa préférence pour Belle e perduta  de Pietro Marcello. L’année prochaine, le jeune homme devra s’inscrire dans les autres services ou redevenir spectateur. Les règles sont strictes, « le jury doit être composé d’amateurs n’ayant jamais été jury auparavant et sans expériences cinématographiques » énonce la présidente du jury, Laura Marchetti, également professeure à l’Université de Foggia.

Pour les étudiants ayant préféré rester festivaliers, l’équipe organisatrice a planifié des activités de formations qui leur permettent de recevoir des crédits universitaires. C’est une des tâches d’Angela Bianca Saponari. Pour augmenter leur note à leur examen de fin d’année, les plus chanceux doivent néanmoins poursuivre des études culturelles ou des cours de cinéma. D’après la coordinatrice générale, ces temps éducatifs ont pour but de faire « comprendre l’industrie culturelle, l’industrie du spectacle » et de « rencontrer des acteurs et des auteurs ». Laura Morante, actrice et réalisatrice italienne, faisait partie des présents.

 

DSC_2544

Dans le quartier historique de Bari, des photos de film de Marcello Mastroianni sont exposées.

Parmi les conférences, ainsi que sur les affiches dans la ville, se baladait également le nom de Marcello Mastroianni. Discussions nombreuses autour de son travail, hommage particulier à l’acteur italien dont le volet de 2016 porte le nom.

 

 

Felice Laudadio,Directeur du festival, après la conférence de presse de clôture du BIFEST,samedi 9 avril.

 

13h, Samedi 9 avril, clap de fin. Lors de la conférence de presse de clôture de la manifestation, Felice Laudadio – directeur du festival – annonçait un partenariat plus renforcé entre l’Italie et la France pour l’année prochaine. A ce sujet, Angela Bianca Saponari affirme que cela est l’occasion de « mieux connaitre le cinéma français et d’internationaliser davantage le BIFEST ».  

L’édition de 2017, déjà en préparation, promet d’autres surprises pour tous les publics.

 

Maud Charlet


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Bari International Film Festival (BIFEST) : « un festival pour les jeunes »